jeudi 31 décembre 2009

Mes meilleurs voeux pour 2010!



Bonne année à tous, avec de la réussite dans vos projets, vos amours... Et une excellente santé, bien sûr.


Il est fort probable que mon blog soit moins actif cette année. Maintenant, je travaille!

Il était temps, d'accord, mais du coup, j'ai moins de disponibilité. Et surtout, je n'ai plus mes histoires de recrutement à vous raconter. Parfois, je me suis dit qu'il fallait que je les réunisse dans un livre.

Mais aujourd'hui, mon état d'esprit est tout autre. Un de mes tout premiers chefs m'avait dit qu'on oubliait vite ses mauvais souvenirs, surtout professionnels. Et il avait raison!

Bref. Si j'ai une anecdote à vous confier, chers lecteurs, ou de jolies photos à partager, je n'y manquerais pas!

Je vous souhaite encore à tous une belle et heureuse année 2010.


dimanche 13 décembre 2009

Un an déjà...


Oui, il y a un an, je m'envolais pour la Nouvelle-Zélande, où j'ai passé deux semaines inoubliables.

Dont ce Noël les pieds dans l'eau à Bay of Islands...

Une pensée pour les amis que je me suis fait et les expériences fabuleuses que j'ai eues là-bas.

samedi 5 décembre 2009

Bilan des 15 premiers jours




Çà fait du bien de travailler. Même si je suis en open space, je trouve que mes camarades n’abusent pas trop. Je craignais l’escalade vocale, mais finalement, le seul bruit constant est celui du pianotement sur les claviers d’ordinateur.

Bien sûr, parfois, on manque d’intimité et on préfèrerait que personne n’écoute ce qu’on dit ni ne sache ce qu’on fait. Mais cela reste supportable. Je m’isole même rarement dans le bureau fermé que j’ai à disposition pour la DRH.
Sinon, je suis plutôt contente de ma nouvelle boîte. A priori, je suis compatible avec la culture d’entreprise et l’ambiance, ce qui n’est pas négligeable. Autre point important : on ne bosse pas comme des malades, la flexibilité est intelligente. Bosser beaucoup un jour et peu le lendemain ne pose pas de problème. Partir tôt parce qu’on a une vie en dehors du boulot n’est pas mal vu. C’est un truc de vieux schnock qui n’a pas cours ici. Trop cool.

jeudi 3 décembre 2009

Moi Pas Vouloir Vous Pour Travail


Recruter en France nécessite de parler français, vous en conviendrez.

Toutefois, certains s'imaginent que Google Traduction suffit à transmettre un message à 100%. Je ne résiste pas au plaisir de vous citer une réponse que j'ai obtenue cette semaine suite à une candidature, au sein d'un groupe américain:

"Merci pour votre application récente pour le rôle d'Associé de Ressources Humain.
Après une révision complète de tous les candidats, nous regrettons de vous informer que votre application n'a pas été réussie. Nous avons reçu un grand nombre d'applications et avons été forcés à être très spécifiques dans l'établissement d'une liste des candidats sélectionnés.
Merci pour votre intérêt pour l'entreprise et si vous vous intéressez aux vacances futures, voyez s'il vous plaît le site webrecrutement ."


C'est presque poétique... Quand on pense qu'il s'agit d'une entreprise du secteur pétrochimique, çà donne envie de "s'intéresser aux vacances futures".


dimanche 22 novembre 2009

Métro-Boulot-Dodo



Bon voilà, j'ai intégré une société mardi à 14 heures. Pour l'instant, c'est de l'intérim, mais il s'agit d'un poste pérenne. Au 01er janvier 2010, je devrais basculer en CDI.

Que dire de plus? C'est un poste de RRH assez classique, dans une entreprise qui commercialise des offres d'emploi et des accès CVthèques, entre autres. Autant dire qu'après mes 10 mois de recherche d'emploi, je suis en adéquation avec les produits de l'entreprise.

En clair, je travaille pour un Jobboard.

Maintenant, je dois trouver un appart' temporaire. Il est prévu que je fasse une coloc avec ma soeur, mais nous sommes encore toutes les deux en période d'essai, donc pas le profil idéal pour louer un trois-pièces à Paris.




mardi 17 novembre 2009

Victoire!


Ouuuuuuuuuuuuuuaaaaaaaaaaaaaaaaaaais!
J'ai réussi à avoir une proposition d'embauche. Je commence même aujourd'hui!

Je vous en dis plus ce week-end.

vendredi 13 novembre 2009

0 cette semaine


C'est le nombre de candidatures envoyées cette semaine.

Je sais, çà craint. A croire que je prévoyais de gagner le gros lot pour le Super Loto de ce vendredi 13.

Mais j'ai eu quelques coups de fil et j'ai passé ma semaine entre trains et entretiens. Je ne peux pas tout faire. Scanner les jobboards et envoyer des CV avec un iPhone, ce n'est pas l'idéal.

Mes quelques pistes avancent. Alors, non, je ne culpabiliserais pas, mon bilan est tout à fait honorable. Je me bouge pour trouver un job.


jeudi 12 novembre 2009

Il est temps que çà bouge!


Ces dernières semaines, je n'ai pas chômé (aïe, le super jeu de mots...).

Pas moins d'une dizaine d'entretiens, certes pas tous intéressants. Evidemment, aucun recruteur (ou presque) n'a tenu ses promesses sur les délais de réponse.

Des réponses que je devais avoir vendredi dernier n'ont pas encore été prises, et j'attends, et j'attends.

Ceci dit, j'ai 2 pistes qui se dégagent du lot des coups de fil de Trucmuche Intérim et çà pourrait aller vite. On croise les doigts, on ne vend pas la peau de l'ours avant de l'avoir tué, bref, on garde les pieds sur terre.

Mais çà pourrait dépoter!

jeudi 5 novembre 2009

Je n'ai que deux mains et deux oreilles.


Et 2 téléphones aussi, mais un seul et unique cerveau.

Finalement, pas mal de contacts cette semaine. Lundi, si c'est confirmé, j'ai 3 entretiens dans la même journée! Si c'est pas beau, tout çà.

J'attends 2 réponses CDI demain. Bon, pas des réponses définitives, des réponses pour aller à l'entretien d'après. Je suis confiante. Pas optimiste, parce que la concurrence est rude.

mardi 3 novembre 2009

C'est trop!


Entendu alors que je relançais quelques recruteurs, histoire de passer le temps:

"Vous êtes trop polyvalente"
"Vous êtes trop expérimentée"

Euh. C'est quoi ces prétextes? Je suis grande, je peux entendre la vérité soit:

"Vous êtes trop polyvalente" -> "on veut pas quelqu'un pour faire autre chose que du recrutement. Y a le feu au recrutement-là. On s'en fout du potentiel du candidat".

"Vous êtes trop expérimentée" -> "T'es trop chère, ma fille, nous on veut du jeune diplômé payé au SMIC et qui ne compte pas ses heures".

Mais, j'en conviens, toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Restons donc sur une bonne vieille langue de bois.

lundi 2 novembre 2009

A priori, une semaine calme s'annonce.


En ce mois de novembre, j'enregistre (je fête?) mes 10 mois de recherche. Et toujours pas de contrat sur la table.

Je ne ménage pas mes efforts, mais le marché est dur! Peu d'offres, beaucoup de candidats. Il est difficile de surnager.

Il faut se faire à l'évidence, il y aura toujours un meilleur candidat que moi. J'espère qu'il se désistera et que je pourrais prendre la place, quand même!

Je préfère ne plus trop donner de chiffres, cela me déprime.

Allez, le téléphone est chargé, j'attends les coups de fil!

dimanche 1 novembre 2009

Objectif non atteint


La semaine a été riche en coups de fil et en entretiens. Je ne m'en plains pas.

Néanmoins, nous sommes le 1er novembre, et je suis encore sur les listes du Pôle Emploi.

Mes entretiens de la semaine ont été plutôt intéressants. Je dirais que sur les 5, 2 devraient aboutir à un second entretien.

C'est bien mon problème, je n'ai que des premiers entretiens, notamment avec des cabinets.

Mais je ne baisse pas les bras, mon travail de fond va finir par porter ses fruits.

jeudi 29 octobre 2009

J'ai comme un doute.

Le marché de l'emploi ne me semble pas très dynamique. Merci le Credit Crunch!

Je vois les mêmes offres publiées toutes les semaines. Je n'envoie ma candidature que lorsque je colle au profil recherché et je n'ai, au mieux, qu'un refus poli, et au pire, aucun retour.

Je tâche de maintenir un contact avec mes job agencies et, au mieux, je reçois un mail me disant "Désolé, on n'a rien" et au pire, je laisse un message sur une boîte vocale. Et on ne me rappelle pas.

Le climat n'est pas propice aux gens comme moi. Je ne cherche pas de la cueillette de fruits, ni un boulot de serveuse. Quel est l'intérêt sur mon CV de mettre des petits boulots? OK, on peut dire que c'est alimentaire, mais qu'est-ce qu'on y apprend? Autant laisser un trou sur le CV et dire qu'on a a fait un grand voyage, ce qui est vrai, au passage.

Revenir en France en disant "pendant un an, j'ai fait du surf, et j'ai cueilli des bananes, mais c'était génial, quelle ouverture culturelle!", je ne suis pas sûre que ce soit plus vendeur que "j'ai sillonné le pays pendant 6 mois, à la découverte de nouveaux horizons".

Alors, bosser ou pas? ça commence à me fatiguer de me faire jeter. La légende veut que les Australiens soient super friendly. J'ai tendance à les trouver un peu superficiels et hypocrites. Le choc culturel, sans doute.

lundi 26 octobre 2009

5: record à battre


Roger a bien fini par gagner Roland-Garros, alors oui, moi, à ma modeste mesure, je peux bien trouver un job!

Cette semaine, 5 entretiens prévus. Et je ne désespère pas d'en ajouter 1 ou 2.

Ce sera la semaine des records (ou pas). Ce n'est pas le tout d'avoir des entretiens, il faut désormais concrétiser. Aller en finale ne signifie pas gagner. Demandez à Roger ce qu'il a pensé de son dernier US Open. Doublé par un petit jeune, alors qu'il était promis à son sixième titre d'affilée.

Je vais finir par atteindre un de mes objectifs: ne plus être inscrite sur la liste des chômeurs Catégorie 1 du Pôle Emploi au 1er novembre.

Allez, tous avec moi, on y croit!

Je vous laisse, j'ai un train à prendre...

vendredi 23 octobre 2009

Et de 4!


Le marché repart, moi je vous dis... 4 entretiens la semaine prochaine! Dont 3 CDI. Pas mal. Finalement, j'ai bien fait de me reposer cette semaine.

J'ai eu une recruteuse nantaise pour un poste en Vendée... Chez les ventrachous. Pourquoi pas?

Du coup, je passe par Nantes jeudi prochain. Je n'y ai pas mis les pieds depuis février 2004. J'avais trouvé mon premier job la veille. Je me rappelle très bien avoir eu un coup de fil de mon futur chef dans le train vers Nantes.

mardi 20 octobre 2009

Un peu de retenue.

J'ai enlevé quelques uns de mes derniers posts, assez critiques envers les cabinets de recrutement. Je cherche du boulot, alors je vais cesser de m'agacer de leurs petites manies.

Je ferais un best of (plutôt un worst of) une fois que je serais en poste. Avant, je vais me plier à leurs exigences. Qui sait, je vais peut-être trouver du boulot par leur intermédiaire?

çà s'en va et çà revient


C'est fait de tout petits riens...

Comme cette recruteuse, qui m'a appelée pour un poste que son cabinet m'avait déjà proposé il y a... 9 mois!

Je pensais qu'elle avait repris le fichier de son cabinet de recrutement et qu'elle m'appelait pour une nouvelle opportunité. Et bien, non, pile poil la même. Le consultant que j'avais rencontré et qui m'avait présentée au client a quitté le cabinet depuis et le client avait mis son poste en standby tout ce temps. Bref.

Je crois que j'ai vraiment fait le tour de mon marché, si on commence à me re-présenter des postes abordés il y a 9 mois. J'ai en plus un mauvais souvenir de la rencontre avec l'entreprise. La consultante en tout cas avait repéré mon CV dans la CVthèque Monster et le trouvait très bien pour son client. Son ancien collègue avait eu la même idée.

Cette semaine est quand même riche en anecdotes de cabinets de recrutement!


mardi 13 octobre 2009

Y en aura pas pour tout le monde!


Beaucoup d'appels ces jours-ci et ils débouchent sur des entretiens.
Depuis le mois dernier, je carbure à 2 entretiens par semaine, ce qui n'est pas mal du tout en ces temps de "crise".

Au total: plein de pistes! 6 CDI + 5 CDD. Mais je ne pourrais pas me diviser en 11, alors il y en a qui se passeront de mes services, c'est obligé. Et ceux qui se prennent 3 semaines pour me répondre risquent d'être parmi ceux-là.

mardi 6 octobre 2009

Suivi, en ce début octobre


Bonne nouvelle, le téléphone sonne. Enfin, les téléphones sonnent, car je viens d'investir dans un iPhone. Finies les journées dans le train sans regarder ma boîte e-mail et à traiter avec trop peu de réactivité les informations importantes. Du coup, maintenant, j'ai 2 téléphones et 2 numéros. Je peux presque jongler avec les appareils.

Bon, ceci dit, je n'ai toujours pas conclu de contrat. Mais au vu de mes nombreuses pistes (2 CDI, 4 CDD ou missions), je pense que cela va se décanter.

Croisons les doigts!

lundi 28 septembre 2009

Il existe des bons recruteurs!!


Oui, j'en ai même rencontrés, des vrais de vrais.

Ceux qui vous donnent le maximum d'infos sur le poste à pourvoir, qui vous posent des questions en relation avec le poste, vous envoient une invitation avec un plan d'accès, passent du temps avec vous pour commenter vos tests et sont honnêtes quant aux délais de réponse...

J'ai passé plus de 3 heures dans un cabinet de recrutement la semaine dernière, et j'ai été ravie de rencontrer une consultante qui honorait son métier. ça me change tellement des recruteurs qui n'ont pas la moindre considération pour les candidats que je lui décerne la palme de la meilleure recruteuse que j'ai rencontrée en 2009.


samedi 26 septembre 2009

La palme de l'offre la plus alléchante revient à...


Ce job trouvé par ma requête "Postes RH" lancée quotidiennement sur Monster:

Entreprise JOB2STARS
Région Non Renseigné
Secteur
Internet /​ e-commerce
Banques /​ Organismes financiers
Audit /​ Comptabilité /​ Fiscalité
Type de poste
Temps plein
Intérim ou CDD ou Mission
Salaire
100 000,00 - 100 000,00 EUR /​an
200000 € de frais pour transport, hébergement et inscriptions

Joueur de poker h/f - CDD 1 an - Fixe : 100 K€/an

Description du poste

Le leader mondial du poker en ligne recrute un joueur français en CDD de droit anglais (pour une année renouvelable) pour renforcer son équipe professionnel.​

Mission :

Vous êtes chargé de représenter la marque en participant aux différents tournois du circuit professionnel ainsi qu’aux tournois en ligne de l’opérateur.​ Vous assurez la promotion de la marque dans les médias (presse, web, tv…)

Profil :

Qu’importe votre formation ou votre expérience, cette annonce s’adresse à tous les candidats de France de plus de 18 ans.​ Vous devez posséder une bonne expérience du poker, parler anglais couramment.​

Vous ferez la différence par votre charisme, votre dynamisme et votre grande adaptabilité.​

Rémunération :
Salaire fixe annuel de 100 000€
Package de 200 000 € pour couvrir les frais de tournois, transports et logements.​

Contact :
Merci d’envoyer CV, lettre de motivation et vidéo de présentation sur www.​job2stars.​com


De là à comparer mon métier à celui d'un joueur de poker, voilà un pas que je ne franchirais pas!

jeudi 24 septembre 2009

24 septembre, la Journée de l'Emploi


Oui, aujourd'hui, il est demandé à chacun d'avoir une pensée pour l'Emploi. Puisqu'en ces temps de chômage massif, de jeunes diplômés désœuvrés et de seniors maltraités, tout le monde connaît une personne en difficulté avec l'Emploi.

Alors, personnellement, j'aurais une pensée pour moi-même et je vais m'exhorter à ne plus m'agacer des pratiques des recruteurs. Même si je n'en peux plus de faire des dossiers de 25 pages, avec des documents parfaitement confidentiels qui n'ont pas à y figurer, des études graphologiques, des tests de personnalité, et des demandes de références avant même de décrocher un entretien physique... sans compter les difficultés à obtenir un suivi du processus de recrutement une fois l'entretien passé. Et bien, je vais simplement me dire que c'est le jeu et qu'il faut se montrer beau joueur, même si l'on perd. Même Rodgeur perd (cf. le dernier US Open), alors une défaite n'est qu'une étape d'un parcours.

Le rapport de forces n'est pas en ma faveur, mais une prochaine fois, je me souviendrai de refuser tous les abus des cabinets de recrutement. Plus que l'étude de ma candidature et de mes compétences pour un poste donné, j'ai trop souvent l'impression d'une enquête presque policière.



dimanche 20 septembre 2009

Une chance pour moi!


Il y a de plus en plus d'offres. La rentrée s'est enfin opérée.

J'ai multiplié les candidatures, seulement je crains que mes confrères et consoeurs recruteurs en soient déjà submergés.

Mon téléphone est resté plutôt silencieux ces derniers jours. Mon programme de la semaine prochaine? Un entretien pour un CDD mercredi et pour un CDI vendredi.

C'est déjà çà, je ne perds pas le rythme.

lundi 14 septembre 2009

On m'appelle!


Devant le nombre impressionnant de refus reçus ces derniers temps, j'ai lancé une phase d'attaque sur les offres, y compris les CDD que j'ai délaissés jusqu'à aujourd'hui.

D'où le miracle d'aujourd'hui, où j'ai reçu pas moins de 5 appels. Record absolu.

Dans le lot, un CDI en province, 3 CDD en région parisienne et un appel pour aucun poste (en langage RH, du sourcing).

J'ai bien fait d'aller m'aérer l'esprit du côté de Bergerac. Je suis d'humeur toute guillerette. Je vais rebondir, j'en suis sûre!

dimanche 13 septembre 2009

Turbo Career Boost


Si quelqu'un a la recette-miracle pour trouver un nouveau job, qu'il se manifeste!

Pour l'instant, je n'ai reçu que des refus. Pour différents motifs: poste pourvu en interne, poste qui nécessite davantage d'expérience, pas le "fit".

Mais, parole, je vais mettre le booster. Pas question que je passe Toussaint, et encore moins Noël, sur les listes du Pôle Emploi.

dimanche 6 septembre 2009

Magazines féminins: les remplacer avantageusement


Voilà des années que j'achète 3 magazines féminins tous les mois. Je ne leur ferais pas de pub sur mon blog. Ils me changeaient les idées, me distrayaient les soirs d'ennui ou dans le train. Et mon budget train est élevé depuis le début de ma recherche d'emploi en début d'année!

Pourtant, ce mois-ci, je n'en achèterai aucun. Pourquoi? Parce que leur contenu a tendance à me hérisser. Outre le fait que les rédactrices imaginent que toutes leurs lectrices habitent dans le VIème arrondissement de Paris, ont un budget sac à main de 1000€ par mois et ont un job hyper bien payé, un mari génial et deux enfants bien élevés, bref toute la panoplie de leur cliché de "femme d'aujourd'hui", ce qui m'énerve, c'est le peu de sujets qui m'intéressent.

Soit le sujet est intéressant mais ne remplit qu'une page, soit il est d'un vide abyssal et s'étire sur 10 pages, du style "Que vous réserve les astres pour vos amours cet été"... Bref.


Donc, aujourd'hui, je privilégie mon iPod (il y a une infinité de podcasts hyper-intéressants) pour les trajets en train et les sites Internet pour m'informer.

La rubrique Beauté est très avantageusement remplacée par Beauté-test.

Les conseils Carrière sont encore plus pertinents et complets sur MaViePro.

Les pages Mode sont tellement plus créatives sur les blogs des fashionistas: chez Betty ou chez CarolineSi j'ai vraiment envie de micro-trottoirs, je clique sur AuFeminin ou sur Le Journal des Femmes.

Pour la déco spécial petits budgets, j'adore IkeaHacker.

Enfin, pour la cuisine, j'aime bien Koocook ou encore Marmiton.


De plus en plus écolo, que ce soit pour la nourriture ou le style de vie, j'ai décidé d'économiser de l'argent, du temps et du papier. Alors je ne dépenserai plus un euro pour des sornettes de magazines féminins.


samedi 5 septembre 2009

çà ne décolle toujours pas...



Que des refus...

J'attends 3 nouvelles réponses et je pense qu'objectivement, j'ai 2 pistes en bonne voie. Délai des réponses? D'une à 3 semaines.

mardi 1 septembre 2009

1er septembre - Faisons les comptes


7 mois et demi de recherches, çà commence à faire!

Quelques chiffres:

- 82 candidatures envoyées - 20 appels reçus et 12 entretiens effectués suite à ces candidatures.

- 45 contacts suite à CVthèque/réseau et 14 entretiens décrochés suite à ces contacts.

- 54% des entretiens sont décrochés sans que je sois candidate.

- Mon CV a été vu 79 fois sur Monster et 190 fois sur Cadremploi.

Le bilan? J'attends 2 réponses (dont 1 qui devrait être négative) et j'ai 2 entretiens cette semaine.

Il me semble que le nombre d'offres d'emploi frémit à la hausse. Effet report des embauches gelées au premier semestre? Je l'espère, je croise les doigts!

vendredi 28 août 2009

La recherche d'emploi, c'est un travail à temps complet

sans compter, les week-ends, les soirées...

Je ne compte pas le temps que je passe à scanner les job boards, envoyer des candidatures, relancer des recruteurs, soigner mon réseau...

Bref.

Résultats du moment: une réponse négative pour un poste dans la Marne (mais bon, presque 2 mois après l'entretien, je n'en attendais pas grand chose). Quelques candidatures envoyées cette semaine et d'ores et déjà un entretien de plus la semaine prochaine.

Motivée, motivée!




mardi 25 août 2009

Rentrons, rentrons donc!


Le bilan du mois d'août n'est pas fabuleux: un entretien déjà passé et un autre demain. Un troisième prévu la semaine prochaine.

Je maintiens le rythme d'un entretien par semaine, mais ce que je souhaite, c'est enfin concrétiser une embauche!

Ceci dit, les récentes études de l'APEC témoignent d'un climat des plus moroses. -36% sur les offres RH en un an. Pas réjouissant. Il ne reste qu'à espérer un effet report des recrutements gelés au premier semestre sur le second. Et je compte bien trouver ma place!


jeudi 20 août 2009

Ménage et canicule


Dans mon pays, cette semaine, les températures ont atteint des sommets.

Il est fréquent qu'en juillet, le thermomètre atteigne les 35°C, c'est la routine. Le mois d'août est généralement plus frais, mais il n'est pas inhabituel d'être au-delà des 30°C.

Mais depuis dimanche, les normales ont été dépassées. Chaque degré en plus est un calvaire supplémentaire.

Nous en sommes à 39°C enregistrés hier en début d'après-midi. Pas étonnant que nous soyons dès lors en alerte canicule. Tout est tellement sec que nous avons eu un incendie de broussailles à 10km de Privas.

Bref. Tout çà pour dire qu'avec une telle chaleur, il n'est pas possible de faire quoi que ce soit de ses journées. Rester dehors, même à l'ombre, pendant 10 minutes, et voilà qu'on ruisselle de sueur.

Je suis censée ranger ma chambre, mais au bout de 3 caisses soulevées, je suis en nage. Sale temps pour l'effort physique. Alors je me rabats sur mes activités bloguesques et j'ai fait un peu de ménage. J'ai rangé dans le cyberespace quelques billets, pas drôles, au sujet de ma recherche d'emploi qui, j'espère, va reprendre des couleurs à la rentrée.

Promis, je remets quelques stats en ligne très bientôt!


lundi 10 août 2009

De retour de vacances

Résumé des réjouissances:

J'ai fait la connaissance de Jaïro au col du Lautaret...


et de Marguerite, au lac du Pontet


Lac du Pontet




J'ai même croisé des kangourous dans la grotte de glace du glacier de la Girose, à 3200 mètres d'altitude.

C'est beau les vacances!

samedi 1 août 2009

Une semaine OFF à la montagne.


"Pourtant que la montagne est belle
Comment peut-on s'imaginer
En voyant un vol d'hirondelles
Que l'automne vient d'arriver ?"


Jean Ferrat.

Bon, ben, moi, je vais me mettre au vert pour une semaine.

Pendant 7 jours, pas de CV, pas d'offres d'emploi, pas d'entretien. Juste du calme.

vendredi 31 juillet 2009

Bilan mitigé...


En l'espace de 6 mois et demi de recherche, je n'ai pas chômé (enfin, façon de parler).

J'ai décroché: 23 entretiens, pour 69 candidatures actives et 42 contacts passifs.

Je reçois un appel du recruteur après ma candidature dans un cas sur quatre.

En tout, j'ai rencontré 7 entreprises en direct et 16 prestataires de recrutement (14 cabinets de recrutement et 2 agences d'intérim), qui m'ont fait rencontré 6 entreprises clientes.

Et tout çà pour quel résultats? Hier encore, j'avais 5 pistes (process de recrutement en cours). Et puis, ce matin, j'ai fait mes relances et reçu 2 refus en direct. L'un pour cause de "manque de pertinence" et l'autre pour des "résultats aux tests de connaissance insuffisants".

Il me reste donc aujourd'hui 3 pistes, dont un entretien le 11 août et 2 réponses à venir après le 24 août. Plus qu'à prendre son mal en patience.

lundi 27 juillet 2009

Au coeur de l'Ardèche



Entre deux coups de fil de recruteurs (littéralement), j'ai fait une petite sortie dans la Vallée de l'Ardèche, au niveau du Pont d'Arc plus précisément, avec ma soeur et une amie.

Pas mal de monde pour cette fin juillet. Mais la foule a été supportable.

De toute façon, l'Ardèche, sous toutes les coutures, c'est beau.

lundi 15 juin 2009

Casse-tête estival

On le sait, les apparences comptent. Encore plus quand il s'agit de recrutement.

Le recruteur ne vous connaît pas et vous n'avez pas de seconde chance de faire une bonne première impression. Si vous arrivez avec le mauvais look, il y a de fortes chances que l'entretien soit terminé avant même d'avoir commencé! Et pourtant, il faut rester soi-même et faire preuve de personnalité pour réussir. Tout est dans le subtil dosage entre savoir-vivre, individualité et style.

Je vous livre un échantillon de mes "règles" à suivre pour un entretien d'embauche (voire un oral de concours).

Parties du corps à cacher (quand on est une femme, mais çà marche aussi pour les hommes):
- les orteils (même si on a de beaux ongles vernis)
- les aisselles (même si on est bien épilée)
- le nombril
- les cuisses
et bien sûr: le recruteur ne doit pas voir vos sous-vêtements, y compris les bretelles de soutien-gorge.


Attention, mes conseils vestimentaires sont applicables aux postes de cadres et dans le secteur industriel, les agences de publicité n'ont pas les mêmes usages. Il est connu que chaque entreprise, secteur et fonction a son dresscode. Il ne faut surtout pas en faire abstraction quand on cherche à se faire embaucher!

Évidemment, il faut mettre des vêtements dans lesquels vous vous sentez à l'aise et qui vous aillent, dans des couleurs assorties à votre teint, couleur de cheveux et d'yeux, dans des tissus de bonne qualité.

Vêtements à éviter:
- les tuniques trop amples: même si vous êtes enceinte, voilà une info que le futur recruteur n'a pas à connaître
- les pantacourts, sarouels et autres leggings: et pourquoi pas les tongs? Quand on essaie de faire embaucher, on évite le look "vacances". C'est pantalon ou jupe...
- les jeans, de n'importe quelle couleur.
- les mini-jupes: je le rappelle, pas de cuisse visible!
- les grands décolletés: 90% des RH sont des femmes, alors il est fort probable que la recruteuse reste insensible à vos charmes.
- les sandales: non, on ne montre pas ses orteils. Quant aux platform-shoes, on les laisse à Loana!

Autres conseils:
- pas d'imprimés qui donnent mal à la tête: on reste sur les rayures et les petits pois (grand maximum)
- pas de dentelle: le style Valmont n'est pas très professionnel
- pas de vêtements transparents

Ai-je besoin de rappeler que tout vêtement troué, taché, délavé ou déchiré est à proscrire?


La coiffure et le maquillage:
Il est impératif d'avoir la meilleure coupe de cheveux possible. Passage régulier chez le coiffeur pendant toute la recherche d'emploi: jamais plus de 2 mois entre deux visites!
- pas de cheveux blancs (ou alors, il faut oser le style Françoise de Panafieu, tout en blanc)
- pas de racines ou de vieilles couleurs passées
- pas de chouchous dans les cheveux. Si vous tenez à avoir les cheveux attachés, c'est chignon ou barrette
- pas de gel. On s'en tient à la laque pour fixer la coiffure.
Le maquillage doit être adapté à chaque personne, selon sa carnation et ses atouts.

Personnellement je recommande le programme suivant:
- crème hydratante
- duo fond de teint-poudre
- une seule couleur de fard à paupières (taupe dans mon cas)
- un trait de crayon noir sous les yeux et pas de mascara
- un rouge à lèvres "nude"
Surtout pas de paillettes, de gloss effet vinyle ou de couleurs agressives, on n'est pas dans une boîte de nuit...

Ai-je besoin de rappeler que les cheveux et la peau doivent être propres? Et les lunettes aussi?


Autres détails qui tuent:
- les mains et ongles sales
- le parfum trop fort
- la mauvaise haleine
- l'odeur de tabac ou d'alcool
- les signes religieux: la neutralité est de mise
- les tatouages: votre vie privée ne regarde que vous
- les bijoux bling bling: laissez çà aux rappeurs américains

 

Franchement, çà fait déjà mal au crâne, tout ce dont on doit se rappeler en se préparant, en plus de potasser l'entretien en lui-même. Le pire, finalement, c'est l'été. Il fait trop chaud pour les vestes et les pantalons, on ne peut pas camoufler ses jambes ou ses bras, et il y a tellement de parties de son corps à dissimuler, que trouver LA bonne tenue est un sacré casse-tête.


vendredi 12 juin 2009

Dis bonjour au candidat!


Je suis de plus en plus effarée devant le comportement des recruteurs. Il est entendu que les candidats se pressent à leur porte. Pour autant, est-ce que çà leur demande trop d'efforts d'être simplement poli?

Par exemple, j'ai rappelé 7 fois une recruteuse, avant que son assistante me réponde que, finalement, le poste n'était pas signé. Pourtant, c'était elle qui m'avait contactée la première. Au bout de 3 appels, j'avais laissé un message, mais personne n'a eu la courtoisie de me rappeler. Et moi, candidate, je me suis dévouée... Je ne suis pas parvenue à l'avoir en ligne. ça lui aurait pris 20 secondes de me dire que son recrutement n'était pas signé, mais apparemment, son temps était plus précieux que le mien. Si je la retrouve en face de moi et qu'elle tente de me vendre ses services, je saurais m'en souvenir.

Autre exemple, j'avais un rendez-vous téléphonique avec une responsable recrutement. Elle n'a tout simplement pas daigné m'appeler à l'heure dite. Et évidemment, elle ne m'avait pas indiqué sa ligne directe. J'ai fini par rappeler le standard de l'entreprise, avant de laisser un message. M'a-t-elle rappelée? Toujours pas. Et je sais que le poste n'est pas pourvu, puisqu'il a été rediffusé il y a peu et qu'il y a même au moins 2 prestataires sur le coup. Est-ce que j'ai envie de travailler pour une boîte où la recruteuse m'a oubliée et ne m'a ni rappelée ni laissé un e-mail? Pas sûr du tout. Pourtant, même son CDD m'arrangerait bien.

Encore un exemple, pour la route: une consultante m'appelle et me demande quel type de poste je recherche. Je lui explique brièvement mon parcours et ce que je recherche et lui demande si le poste qu'elle cherche à pourvoir correspondrait à ma recherche. Et là, elle me répond qu'elle n'a pas de poste à me proposer! En clair, elle m'a fait gaspiller 15 minutes de mon temps, uniquement pour remplir sa journée à elle et justifier son salaire. Pire, elle m'a proposé qu'on se rencontre. Mais elle n'a pas de poste! Rien! Nada! Vu que je ne me déplace pas si je n'ai pas de descriptif de poste, elle n'est pas prête de me voir dans son cabinet.

Vraiment, j'attends que la crise soit passée et j'espère ne jamais revoir ce genre de comportements. Sans aller jusqu'à cirer les pompes des candidats, un minimum de savoir-vivre n'est pas impensable, même si on a la pression.


C'est toujours bien de se rencontrer...


Mouais.

J'ai moyennement apprécié, après une heure d'interview in english qu'on me dise que je n'avais pas suffisamment d'expérience (niveau demandé pour le poste: 5-8 ans) alors que j'avais eu un entretien préalable par téléphone qui aurait pu dissiper ce "malentendu" et m'éviter un trajet au fin fond de la banlieue parisienne par un froid matin d'octobre.

Officiellement, il s'agit d'un CDD de 6 mois pour remplacement de congé maternité. En réalité, le recruteur recherche son successeur d'ici à 2 ans. Quelqu'un qui ait à ce moment-là 10 ans d'expérience... Mathématiquement, il est difficile de gagner 5 ans d'expérience en moins de 2 ans. Quant au CDI, à ce stade-là, il n'est pas approuvé, que je sache. Pourquoi vendre un CDI alors qu'on n'a qu'un CDD en stock?

Alors forcément, je m'étais préparée et j'avais basé mon argumentaire pour un CDD. Quelle perte de temps! Mais le recruteur m'a dit "C'est toujours bien de se rencontrer". Curieuse remarque. Se souviendra-t-il de moi si à l'avenir il a un poste plus en adéquation avec mon profil? Et quand? Dans un mois? Dans un an? Je n'ai pas l'impression que c'est comme çà que çà marche. Je suis une généraliste, pas une experte pointue dans une niche d'activités.

Bref. çà m'énerve.

Un air de déjà-vu


En regardant l'adresse du cabinet de recrutement qui m'a conviée ce matin à un entretien, je me suis dit: "Tiens, je suis déjà venue Avenue Hoche, pour un autre cabinet".

Une fois arrivée, l'immeuble me disait quelque chose. Forcément, c'était le même! Pour un peu, je serais allée voir le consultant, qui ne m'a toujours pas remboursé mes 25€ de frais de transport, mais aller au 7ème avec un ascenseur en panne et en talons ne m'a pas tentée.

La boucle serait-elle bouclée? Aurais-je vu tous les cabinets de la place au point d'être obligée d'en refaire le tour? Peut-être pas en 4 mois, quand même.

Et l'entretien en lui-même? me direz-vous, chers lecteurs. Et bien, une fois n'est pas coutume, on trouve mon CV très bien, mais je n'ai pas suffisamment fait de relations sociales.

Forcément si on ne me donne pas un poste où on peut en faire, je ne risque pas de développer une expérience sur le sujet. Pas de boulot sans expérience et pas d'expérience sans boulot.

Bref, nous n'avançons pas. Les décideurs se souviennent-ils un jour d'avoir débuté ou alors en tant que jeunes diplomés, ils étaient déjà bardés d'expérience?


Un poste de rêve!

ou plutôt une hallucination...
Les entreprises sont devenues foldingues!

Je reportais il y a quelques semaines mon entretien avec une chargée de recrutement, au savoir-vivre franchement discutable. Je ne peux que constater qu'elle a dû mettre le paquet pour promouvoir son offre, je l'ai même vue sur le site du Pôle Emploi, c'est dire si elle doit être désespérée...

Une diffusion Cadremploi + APEC + Pôle Emploi + Monster + Site institutionnel, c'est sortir l'artillerie lourde pour un pauvre poste de RRH.

J'ai été contactée sur ce poste il y a plus d'un mois, et donc vraisemblablement pas retenue, puisqu'on ne m'a jamais rappelée. A mon grand soulagement, d'ailleurs!


Le profil recherché est classique et bien formulé "De formation Bac+5 (RH / Droit Social), vous possédez une expérience significative de 2 ans minimum dans l’industrie en tant que généraliste de la fonction RH, si possible dans un contexte de forte présence syndicale. Vous maîtrisez la convention de la Métallurgie.
Réactif(ve) et autonome, vous êtes capable de dialoguer avec le comité de direction du groupe comme avec les salariés. Vous avez une vision globale supportée par une maîtrise des fondamentaux. Ces atouts vous permettent de développer une vision positive et dynamique."

Une simple diffusion APEC aurait suffi, à mon sens, si le contenu du poste n'avait pas été aussi farfelu.

Parce que cette lenteur à pourvoir le poste est intrinsèque à l'offre. Il suffit de lire le contenu des missions pour comprendre la pénurie de candidats et la difficulté à convaincre un bon candidat à signer!

Le poste rayonne sur 3 sites: Albert (Somme), Maubeuge (Nord) et Nanterre (Hauts-de-Seine). Pour se donner une idée:
Albert - Maubeuge: 120 km / 1H27 de route
Maubeuge - Nanterre: 247 km / 2H47 de route
Nanterre - Albert: 155 km / 2H05 de route

On le voit, il n'est pas facile de se déplacer sur plus d'un site dans la journée. Le site principal est heureusement à Albert, presque à équidistance des deux autres. Donc, c'est installation obligatoire en Picardie! Déjà, la multilocalisation du poste est rebutante. Le gain de qualité de vie (Province vs. Ile-de-France) est complètement annihilé par les trajets impératifs.

Là où çà devient comique, c'est qu'il faut avoir une expérience dans un
contexte de forte présence syndicale, sous-entendu c'est le cas pour le poste. Et comme les recruteurs ont tendance à adoucir la situation, on peut penser (un professionnel de la fonction aurait ce réflexe) que l'entreprise en question est un champ de mines. Or, le futur titulaire du poste va devoir se diviser sur 3 sites. Comment faire son métier, sans autre relais RH sur le terrain?


Car c'est la conception-même du métier de RRH qui semble poser problème à l'entreprise. Etre RRH de site, c'est être présent sur le terrain, sinon, il faut aller se planquer au siège social. Une entreprise à contexte social sensible nécessite un RRH site fort, sinon les choses dégénèrent. Rien de pire que de se sentir délaissés par la Direction quand on est partenaires sociaux et qu'il y a une forte actualité sur site.


Pour récapituler, il semble que cette entreprise cherche un super RRH, capable d'être à 3 endroits à la fois, ayant l'autorité qu'il faut pour maintenir un climat social serein, et Picard de préférence...

Alors, Madame la recruteuse, c'est le mouton à 18 pattes que vous cherchez... Ce n'est pas parce que c'est la crise qu'il faut faire n'importe quoi. Et souriez, çà s'entend au téléphone.

Je suis un peu blonde!


Je vous rassure, point de teinture ni de changement radical de look à l'horizon pour moi! Je me laisse pousser les cheveux, à part çà, rien à signaler.

Je tenais simplement à raconter les quelques bévues dont je me suis rendue coupable pendant ma recherche d'emploi. Rien de bien méchant, mais tout de même, il fallait le faire!

Bévue N°1: Traîtresse sucrerie
J'avais un entretien à l'autre bout de Paris et, pour patienter dans le métro, j'ai déballé un bonbon, piqué dans un magasin Mango. Il y a quelques mois, cette chaîne de magasins distribuait des Smint, mais ils sont passés récemment à des bonbons arôme coca-cola. Je voulais juste avoir le goût rassurant du sucre dans ma bouche avant d'être mise sur le grill pour l'entretien, alors j'ai avalé un de ces bonbons.
Dans la rue, à quelques mètres de ma destination finale, je me regarde une dernière fois dans mon miroir de poche et là, stupeur! J'ai la LANGUE BLEUE! Il me reste 5 minutes avant l'entretien, que faire? Et bien je n'ai pas trouvé de solution et j'ai tâché de faire bonne impression à mon interlocutrice, avec le plus de naturel possible. Impossible de cacher sa langue quand on parle une heure non stop. Je n'ai pas eu de remarque, mon air dégagé a dû faire la différence.
En sortant de l'entretien, toute la salive que j'avais dépensée avait un peu atténué le carnage, mais il restait encore un peu de colorant. Coriace, cette saloperie.
Au moins, j'ai retenu la leçon: la prochaine fois, c'est chewing-gum!


Bévue N°2: Transports en commun pas commodes
L'orientation "Industrie" qu'a pris ma carrière me contraint à rencontrer des entreprises industrielles qui adorent s'installer dans des coins très éloignés de banlieue, là où elles peuvent s'étaler pour moins cher. Evidemment, dans ces contrées, les transports en commun sont aléatoires.
Entre le RER, qui a plusieurs branches (précaution N°1: ne pas se tromper de train: un ZYCK n'est pas un RIVA ni un ROMI) et les bus qui passent une fois par heure (précaution N°2: trouver plusieurs lignes qui desservent le même endroit et noter précieusement tous les numéros), un entretien en zone 5 est en terrain glissant.
J'étais prévenue... Mon erreur a été de convenir d'un entretien à 11 heures. Parce que ce n'est plus l'heure de pointe, les transports sont encore moins réguliers.
A 10 heures 20, j'arrive à ma station RER de destination et je pensais naïvement avoir fait le plus gros du chemin. On m'avait envoyé le plan d'accès avec le bus à prendre pour arriver à ma destination finale. Le temps que je comprenne dans quel sens circulait le bus, j'ai perdu 10 minutes. Et je me suis rendu compte que le prochain bus était prévu à 10h50, soit très juste pour mon entretien. Qu'à cela ne tienne, le site n'a pas l'air si loin que çà du RER, je peux y aller à pied.
Après 30 minutes de marche, je suis en sueur, je maudis mes chaussures à talon et j'attaque la dernière ligne droite avant l'entrée, que l'on voit de loin. Et là, je me fais dépasser par le bus que je n'avais pas voulu attendre!
Bilan: 5 minutes de retard. J'aurais pris le bus, j'aurais été pile à l'heure, pas en nage ni les pieds en purée...



Bévue N°3: Pas assez connectée
Un consultant me contacte pour un poste dans l'industrie chimique. Je rassemble quelques infos sur l'entreprise sur Internet avant de donner une suite. Je rencontre le consultant, qui souhaite me présenter à son client. L'entretien n'est planifié que trois semaines plus tard.
La veille du deuxième rendez-vous, je me reconnecte pour trouver de nouvelles informations et me rafraîchir la mémoire, mais le site est tout en anglais et en néerlandais, écrit petit, en blanc sur bleu. Bref, il ne donne pas envie. Et je me dis que je ne suis pas ingénieur et que les infos disponibles dépassent mon entendement de RRH.
J'arrive en entretien pour rencontrer une jeune RRH (à remplacer donc) et le chef de site (un néerlandais venu de la maison-mère).
Première question: "Avez-vous visité notre site Internet?
- Oui, bien sûr.
- Et qu'avez-vous retenu?
- Euhhhh. Je n'ai pas tout compris, il donne beaucoup d'informations techniques, et je ne suis pas chimiste.
- Pourtant, notre site RH a reçu des récompenses." me confie, courroucé, l'expat batave.
Et là, que dire? Son site RH, je ne l'ai pas vu, peut-être parlait-il d'un site en néerlandais, que je n'ai pas identifié en tout cas.
Ceci dit, on sent que la chance est passée et qu'on a fait le déplacement pour rien.



Et après, on se demande pourquoi je n'ai toujours pas trouvé de job? Heureusement, ces anecdotes ne sont pas l'ordinaire de ma recherche et de mes entretiens. Ce sont juste de grands moments de solitude.