mardi 30 septembre 2008

J'ai essayé de surfer....


Mais je n'ai pas réussi à me tenir debout sur la planche!

A ma décharge, c'est très difficile, surtout quand on n'est pas très sportive et qu'on a quelques kilos en trop, comme moi! Et puis, c'est dangereux, on peut très facilement se casser quelque chose, avec ces immenses vagues, très puissantes et ces rochers qui jalonnent les plages du New South Wales.

J'ai passé 2 jours dans un "surf camp", dans le Parc National des Myall Lakes. Très belles plages de sable blanc, eau turquoise, quasiment personne à part le groupe de surfeurs débutants. 


J'ai passé le premier jour dans l'eau à surfer à plat ventre face à la plage. Il faut bien commencer quelque part. Et le deuxième jour, j'ai essayé de ne pas me faire mal, malgré un choc à la tête et des cordages de planches de surf qui ont bien failli m'étrangler! Mon verdict est définitif: le surf, ce n'est pas pour moi! Beaucoup trop dangereux!

Mes genoux se sont souviendront longtemps de ce week-end, entre les coups de soleil et les râpures qu'ils ont subi. Promis juré, je ne me moquerais plus des marques de bronzage des cyclistes, car les surfeurs ont les mêmes!



mercredi 24 septembre 2008

Shopping in Australia

J'ai développé une théorie pendant mes différents voyages à l'étranger, selon laquelle on n'identifie pas mieux la culture d'un pays que dans sa façon de faire les courses. Petites boutiques ou grands centres commerciaux, rien ne reflète mieux l'état d'esprit local.

J'ai retrouvé à Sydney quelques enseignes connues en France: Kookaï, Mango, Starbucks, Mc Donald's... et d'autres que j'ai connues ailleurs, notamment à Londres: Lush, Wagamama... Je trouve aux Australiens une grande proximité avec les Britanniques, notamment dans l'orthographe, l'accent, la culture bière ou encore la cuisine. La marmelade si typique des îles Britanniques est au menu du petit déjeuner local, sur des toasts et avec du thé, bien entendu.

Les rayonnages des supermarchés que j'ai déjà visités n'ont cessé de m'étonner. J'ai trouvé beaucoup de produits frais: légumes, fruits, viandes et paradoxalement peu de laitages: vraiment pas beaucoup de choix dans les yaourts. Le rayon fromages est également plutôt réduit. Je me demande bien ce que pensent les producteurs français labellisés AOC des «Brie» et des «Camembert» de Tasmanie, qui pompent sans vergogne leurs recettes et leurs noms. Tous les Français savent bien qu'il n'y a qu'à Camembert, en Normandie, qu'il est autorisé de produire notre célèbre fromage qui pue. Bref. Les Australiens seraient-ils aussi peu scrupuleux que les Chinois en ce qui concerne la propriété intellectuelle?

La mondialisation a ceci d'aberrant qu'il est apparemment moins cher d'importer du dissolvant pour le vernis à ongles d'Espagne ou encore du stick hydratant à lèvres des Etats-Unis, que de produire localement. Je ne comprends pas non plus la présence de chocolat Milka, fabriqué en Slovaquie, dans les rayons australiens. J'ai retrouvé quelques traductions de marques bien connues, dont le packaging est identique, seule l'étiquette diffère!

Les Australiens n'ont pas poussé l'aberration jusqu'à importer des produits très frais (du moins, pas dans le supermarché de base). Par exemple, « The Laughing Cow » est un fromage qui ressemble à s'y méprendre à de la Vache qui Rit, mais « proudly made in Australia », par Bel, la maison-mère, bien française en revanche.

Bien d'autres produits portent cette mention. Il me semble n'avoir jamais vu une telle inscription sur un produit français: « Fabriqué fièrement en France ». Mes compatriotes auraient-ils honte de leur pays ou de leurs produits? Nous avons pourtant la réputation d'être effroyablement chauvins. Cette réputation me semble injustifiée, tant le complexe d'infériorité est flagrant.

Voilà une bien longue tirade pour ce modeste blog!



dimanche 21 septembre 2008

Randonnée dans les Blue Mountains

Aujourd'hui, balade dans les "Blue Mountains", qui sont un peu à Sydney ce que l'Ardèche est à Lyon: un coin de montagne paisible et déserté, à 1H30 de route.

Mes 2 copines allemandes, Ute et Julia, m'ont traînée dans une randonnée sympathique, mais épuisante: il fallait descendre 800 marches, prendre un sentier en bas des falaises et remonter (j'imagine pas loin des 800 marches...). Mais j'ai survécu!

Au programme, il y avait également une petite visite d'un parc pour voir des kangourous, mais ils n'ont pas montré le bout de leur nez. Ce n'est que partie remise, je finirais bien par en voir pour de vrai!

vendredi 19 septembre 2008

Pacifique Asie

Vue de l'Europe, l'Australie paraît très, très lointaine... On ne sait pas trop ce qui s'y passe. A peine est-on au courant que ce pays compte 20 petits millions d'habitants, sur un territoire grand comme 14 fois la France.

On ne se pose pas trop la question de savoir qui sont ces 20 millions: descendants de colons britanniques? de détenus? d'Italiens fuyants la famine? Aborigènes rescapés?

Si j'en crois ce que je vois à Sydney, une bonne moitié des Australiens ont les yeux bridés! Je ne compte plus les journaux en signes chinois ou asiatiques, les restaurants thaï, japonais, ou chinois, ou encore les vendeurs d'origine asiatique que j'ai pu croisés ici. Si cette population est si présente, c'est que la proximité avec les mères-patries saute aux yeux! Tellement plus facile pour un Chinois de venir à Sydney qu'à Paris, Londres ou New-York.

En dehors de cette forte immigration d'Asie Pacifique, j'ai croisé très peu de blacks, ou alors des Indiens, pas des Africains. Pour un peu, je serais presque déçue de ne pas voir de "vrais" Australiens, des petits bouts d'Europe échoués ici il y a deux siècles.



Un petit tour à l'Aquarium

Dans mon auberge de jeunesse, il y a 80% de ressortissants allemands. Dans ma grande chambre (6 lits), il y a 100% de filles. J'ai fait exprès. Mais du coup, à part moi, c'est 100% allemand.

Certaines sont plus sympas que d'autres. Je me suis fait 2 vraies copines. L'une, Julia, est là pour quelques mois, l'autre, Charlotte, pour quelques semaines. Heureusement qu'elles sont là, parce que, comme çà, je me bouge un peu les fesses et je lève le nez de mes recherches d'appartement et de job!

Donc, avec Charlotte, nous avons visité l'Aquarium, histoire de voir de nos propres yeux des charmants petits pingouins, toutes sortes de poissons tropicaux, du corail, 2 ou 3 crocodiles, mais aussi quelques spécimens locaux de tortues et de requins... Fascinant! Pas que des bestioles que j'ai envie de croiser, cela dit.

Seul l'ornithorynque (platypus un english) a fait défaut: il était caché dans son terrier.




dimanche 14 septembre 2008

Un petit tour à l'Opéra

Difficile de venir à Sydney sans aller faire un tour du côté de l'Opéra! C'est le symbole de cette ville, au même titre que le Sydney Harbour Bridge, qui est juste à côté.

En revanche, c'est difficile de le prendre en photo, tant la bête est imposante. En plus, aujourd'hui, le temps était mitigé. Pas comme hier à Bondi Beach, où la plage était bondée...



samedi 13 septembre 2008

Balade dans Hyde Park


Les Sydneysiders ne sont pas allés bien loin pour trouver les noms de leurs rues et de leurs jardins. Dans ce domaine comme dans beaucoup d'autres, l'influence britannique se fait plus que sentir! Entre King's Cross, Paddington ou encore Oxford Street, on se croirait à Londres, capitale de l'ancien empire colonial Britannique. Déjà qu'il y a la reine Elizabeth II sur les billets de banque!

Hier, je me suis baladée dans Hyde Park. La différence avec son homonyme londonien? Les palmiers!


vendredi 12 septembre 2008

Le colis est bien arrivé!

çà y est, je suis à l'heure australienne! Malgré quelques petits cafouillages au départ, je suis finalement bien arrivée.

Ils sont super sympas, à Singapore Airlines, de m'avoir laissé partir avec 39 kilos de bagages en soute, alors que j'avais pris un billet, qui m'autorisait 30. Et en plus, je n'ai pas payé de surtaxe. Mais comment vais-je faire au retour?

Pour l'A380 entre Singapour et Sydney, j'ai été un peu déçue. Je n'ai pas trop vu la différence avec le Boeing 777 que j'ai pris entre Paris et Singapour. En tout cas, Roissy fait vraiment pitié à côté de Changi, tellement plus propre et plus moderne!

Bon, il me reste le plus dur à faire: trouver un appart et un boulot!

lundi 8 septembre 2008

J-1...


J'y suis presque: je tente désespérément de fermer ma valise, je traite toute ma paperasse en retard, je compte les heures. Bref, c'est l'effervescence, avant le (très long) trajet.

Je décolle demain soir à 22H20 et j'arrive à Sydney, jeudi matin, à 5H55, heure locale. Si tout va bien.

Jeudi, il fera 20°C à Sydney. Pas mal pour un jour de printemps!

mardi 2 septembre 2008

J-7!!!!! Je sais où j'atterris.


Il était temps que je me décide à choisir un endroit pour passer mes premiers jours à Sydney.

N'ayant pas un budget extensible, j'ai opté pour une auberge de jeunesse.
Ne connaissant pas bien les quartiers, j'ai opté pour le plus central.
Ayant besoin de sécurité et de contacts avec le monde, j'ai choisi une chambre 100% filles et l'accès Wi-Fi inclus dans le prix.

Et voilà, je vais donc atterrir au Eva's backpacker. Je ne pensais pas qu'il y avait autant de choix à Sydney et je dois dire que cela m'a désorientée. D'autant que j'ai lu beaucoup de compte-rendus, divers et variés, contradictoires... Personne n'a la même façon de voyager ni les mêmes exigences en termes de propreté, sécurité ou encore tolérance au bruit.

De toute façon, je ne compte pas m'éterniser. Jeudi 11, je dors, mais vendredi, je cherche une colloc et un boulot tout en déambulant dans Sydney!