vendredi 29 août 2008

Je boucle mon budget!

C'est bien beau de voyager, mais çà coûte un bras! Ceci dit, puisque je suis la seule à partir, je ne dépense que pour moi. C'est à la fois bien (un seul billet d'avion) et moins bien (pas de frais de logement partagé), mais je pense qu'au global, je ne m'en sors pas si mal.

Aujourd'hui, j'ai eu mon solde de tout compte, ce qui a fait du bien à mes finances. Maintenant, je peux partir sereinement: j'ai de quoi tenir les 3 premiers mois, si jamais je ne trouve pas de travail. Évidemment, je ne souhaite pas me tourner les pouces. Quel intérêt d'aller si loin si longtemps et de ne pas s'immerger dans la vie du pays, notamment en travaillant? C'est comme çà que je serais au plus près du cœur de ce fabuleux pays.

Hélas, j'ai encore des dépenses en France: impôts, assurances, petit crédit qui traîne... Et guère de rentrées: le dépôt de garantie de l'appartement que j'occupais à Paris et c'est tout!

De toute façon, il faudra que je gagne ma vie, à l'autre bout du monde comme ici.

lundi 25 août 2008

J-15 : çà se précise


Me voilà bien déménagée de Paris, et sans la moindre obligation. J'ai passé une grande partie de mon week-end pour un mariage en Lozère.

Maintenant, je peux me consacrer à mes ultimes préparatifs. Bien des questions m'agitent: où loger? Quel job chercher? Pour combien de temps? Par où commencer mes voyages?

Je pense aussi assez curieusement à mon retour. Je ne suis pas tout à fait sûre de vouloir rentrer en France, mais je regarde dans quel coin je pourrais m'installer et comment est le marché de l'emploi et celui de l'immobilier. Un peu comme aux échecs, je pense 3 coups à l'avance, afin de ne pas perdre, voire de gagner.

samedi 23 août 2008

Bon, allez, je finis mon CV

Étant Responsable Ressources Humaines en France (mon métier depuis 5 ans), j'ai une petite idée d'un CV bien fait. Surtout à la française: synthétique, démonstratif, cartésien. Je ne compte plus le nombre de CV de proches que j'ai refaits, remaniés, réécrits. Le CV gagnant, je maîtrise.

Mais mes repères vacillent. D'après mes recherches sur le Net, ce que les recruteurs australiens recherchent est bien différent. Des références, des compétences, de l'exhaustivité. Un peu comme le CV à la manière de l'ANPE, que je trouve, à titre personnel, illisible et indigeste.

Ceci dit, si je veux mette toutes les chances de mon côté, je vais me plier à leurs us et coutumes: à Rome, fais comme les Romains. J'ai donc planché sur mon CV, in english, of course, pour relater mon parcours professionnel;

J'ai également demandé à deux collègues bienveillants d'être mes références. Je me suis assurée, naturellement, qu'ils étaient d'accord, et surtout anglophones! On verra si les recruteurs australiens iront jusqu'à les consulter, entre décalage horaire et différences linguistiques. Il me semble que le simple fait de les mentionner fait de moi une personne digne de confiance et qui joue la transparence. On verra bien. Mon objectif est de pouvoir travailler 6 mois dans la même entreprise, histoire de consolider mes acquis.

Je croise les doigts pour trouver des missions intéressantes et un salaire qui me permette quelques loisirs et voyages. Fingers crossed!

jeudi 21 août 2008

Le retour de mes chouchous

Contrairement à ce que j'avais prévu, ce blog n'est pas uniquement dédié à mon voyage en Australie. Certes, ma virée longue durée au pays des kangourous tient une large place dans ces modestes pages électroniques.

Mais j'ai envie de parler d'autres choses, comme de ma musique préférée, et notamment de mon groupe préféré: Oasis! Certains de mes amis ont été plutôt saoûlés par ma solide passion pour ce groupe de britpop, déjà vétérans du show-biz.

Leur prochain album "Dig out your soul" sort le 6 octobre et ce sera "The Shock of the Lightning" le 29 septembre, qui ouvrira le bal des singles.



En pleins préparatifs....

La démission, c'est fait. Le préavis, c'est terminé.

Me voici sans aucune attache contractuelle! Du coup, je vais m'inscrire aux ASSEDIC et à l'ANPE. Je ne rêve pas, ils ne financeront jamais mon année en Australie, mais j'aurais un statut pendant quelque temps.

Je suis chez mes parents, à me faire chouchouter, alors que je suis en plein dans mes cartons et mes formalités. Je n'ai droit qu'à 30 kilos de bagage + 7 kg en bagage à main. C'est très dur de choisir parmi mes affaires, celles qui vont faire les 22 heures de vol avec moi.

Ceci dit, je n'en suis qu'au brouillon des bagages finaux.

lundi 11 août 2008

J -30


Ouh la la la! çà se rapproche : dans un mois, jour pour jour, j'atterris à Sydney. A 6 heures du matin. Mais je risque d'être tellement jetlagguée que cela ne fera pas une grande différence d'arriver à 6, 12, 18 ou 22 heures!

C'est d'ailleurs certainement plus simple d'arriver le matin. J'ai le temps de faire les formalités à l'aéroport, de dire à ma famille que je suis bien arrivée, de rejoindre mon camp de base, de trouver à manger et de DORMIR!

Il me semble que mes 22 heures d'avion, coupées en deux par un stop de quelques heures à Singapour, vont me crever. Sans compter que je n'habite pas à côté de l'aéroport et qu'il me donc rajouter quelques heures au temps de trajet.

Bref, j'ai hâte.

Ce n'est pas tant que je m'ennuie en France, mais toutes ces formalités, tous ces comptes à solder... C'est fatiguant! Surtout quand on rajoute les cartons à faire et les inévitables questions sur ses propres affaires: je garde? je jette? je donne? je vends? Car tout dépend des projets à court, moyen et long terme.

Gros point d'interrogation?????

Un an en Australie, sous réserve que çà me plaise et que j'ai envie d'y rester, qu'est-ce que je fais, ensuite? Rester va me demander pas mal d'efforts, puisqu'on ne plaisante pas avec l'immigration là-bas. Je suis confiante pour mon dossier, mais tout de même. Aurais-je envie d'y rester quelques années?

dimanche 3 août 2008

Les choses que j'espère trouver


En vrac: un job sympa, un appart sympa, des collocs sympas et un surfeur sympa.

Mais pas que! Du soleil, une autre façon de travailler et de voir la vie, une nature intacte, des paysages à couper le souffle...

Est-ce que je rêve tout haut? We'll see!